Auteur: 
KARIN FUENTES, élève en option facultative « Arts visuels »

Commentaires de Louis Dietrich: 

Le sujet choisi est d’une actualité qui devient de plus en plus aiguë. La cathédrale de St Nicolas est cernée par un trafic automobile continu : les dénombrements récents évoquent trente mille véhicules par jour, et l’augmentation se poursuit. Il en résulte une grave dégradation du monument toujours en chantier de rénovation depuis bientôt cent ans. Sur la façade de la tour, la molasse est redevenue lépreuse, et le balcon devant la rosace est rongé. Tout cela avait été remis à neuf en 1949, quand, pour la première fois, notre Saint Nicolas a pris place sur cette terrasse et, dominant tout le monde, a exhorté la foule se pressant à ses pieds.

Le dessin de la carte n’est donc nullement exagéré : il représente la triste réalité et la topographie du lieu désespère la recherche de solutions. En se rapportant à la carte de 1999, on y verra une meilleure image de la fête elle-même, car naturellement la circulation est interrompue ce soir-là pendant le temps nécessaire au bon déroulement du rituel.  Touche d’humour : Saint Nicolas se trouve bel et bien coincé entre les flux rivaux : lui et son baudet risquent gros ! Seul point de couleur s’opposant  à la nuit : la rosace, symbole d’espérance, où réside l’Esprit.