Auteur: 
VINCENT LOUP, élève de 3A3bi


Discours: 

Mes bien chers enfants,
Quel bonheur de vous retrouver tous petits et grands fidèles à notre rendez-vous ! Quelle joie de revoir notre belle ville ! Mon âne avait hâte de trotter à nouveau dans les rues de Fribourg, d’entendre les chants des enfants.

Meine lieben Kinder,
Mein Herz hat Freudensprünge gemacht, als ich die Tore der Stadt Freiburg durchschritt. Wie jedes Jahr habe auch ich mich riesig auf unser Wiedersehen gefreut. Ich habe euch heute Abend viel mitzuteilen. Meine Schmutzlis befürchten schon, dass sie ewig hier oben auf dem Balkon der Kathedrale ausharren müssen.

Ma bonne vieille ville de Fribourg a bien changé depuis l’an : un théâtre au cœur de la cité et bientôt un pôle technologique ! Souhaitons que dans ces deux lieux les talents fribourgeois pourront s’épanouir !

Es gibt so viele Neuheiten und Projekte in Freiburg ! Mir wird schwindlig, wenne ich nur daran denke. Das, was mir am meisten Freude macht,ist,dass die Zugreisenden neuerdings im Bahnhof Fribourg-Freiburg ankommen werden.

Eh oui, les panneaux des CFF seront bilingues ! Ich bin so froh darüber, weil ich die Zweisprachigkeit von Freiburg so wichtig finde. Zaudert nicht, die Zweisprachigkeit zu leben ! N’hésitez pas à célébrer le bilinguisme ! Le nier serait contre l’esprit fribourgeois.

Parler la langue de l’autre est un rempart contre l’ignorance, un moyen de construire des ponts entre les Dzodzets et les Seppis !... Et sans dépassements de budget ! Aller à la rencontre des autres, qu’ils parlent allemand, turc, anglais, portugais ou albanais… vous apportera tellement de richesses et de joies !
Gottéron, Olympic et même La Nati bénéficient massivement des talents et du savoir-faire des sportifs étrangers ! Et cela leur est vraiment profitable ; notre Suisse multiculturelle est une chance ! N’ayez crainte mes amis : ouvrez-vous aux autres !

Sucht also lieber Gemeinsamkeiten als Unterschiede in den Menschen, welche ihr als fremd bezeichnet. Auch ich stamme aus dem Ausland, und zwar aus Myra in der heutigen Südtürkei. Ihr Freiburger habt mich aufgenommen. Und wenn ich nun jedes Jahr in unserer schönen Stadt vorbeiziehe, bereitet ihr mir einen herzlichen Empfang. Ich bin mir sicher, dass Zuwanderer sich freuen würden, wenn sie von euch genauso warm empfangen würden.

Mes enfants, je sais que vous mettez beaucoup d’attention dans ce que vous faites et je suis fier de vous. J’aimerais vous demander une chose : préservez la nature, prenez soin d’elle ! Et n’hésitez pas à montrer l’exemple aux plus grands, surtout à vos grands frères et sœurs, qu’ils soient collégiens ou non ! Oui, ils ont beaucoup à apprendre nos collégiens et leurs amis qui ont fêté le Valete dans toute la ville ! Mes pères fouettards ont dû venir en renfort pour aider les balayeurs à remettre la ville en ordre un certain matin de juillet ! Faudra-t-il qu’ils reviennent l’an prochain ? J’espère bien que non ! Je compte sur vous mes chers collégiens !

Liebe Kinder, Ach nein ! ma mémoire me joue des tours, j’allais oublier notre nouvel évêque ! Vous avez dû patienter pour connaître son nom ! Moi, il y a longtemps que savais que Charles, mon héros, que dis-je… Charles Morerod reviendrait en terres fribourgeoises. Chers Charles, je te souhaite la bienvenue ! J’espère que tu sauras être à l’écoute de chacun et qu’avec toi notre église va gagner en dynamisme et en ouverture ! Cher confrère, permets-moi un petit conseil : lorsque tu voyages en train, préfère la compagnie des voyageurs à ton ordinateur… cela t’évitera les vols de mîtres et de croix pectorales !

A chacun sa croix, pour certains pectorale et pour d’autres électorale ! Ah les élections ! Quel bonheur, la campagne parsemée d’affiches aux visages épanouis et souriants. Des promesses, des belles promesses ! Que des promesses ! Mes chers enfants, j’ai encore une petite surprise pour vous : j’ai parlé tout à l’heure avec mon ami Alain et… il m’a promis… un jour de congé à tous les écoliers s’il est élu Conseiller Fédéral. Voilà une promesse facile à tenir !

Oha, die Zeit drängt. Il faut tourner la page. Ich muss euch leider schon wieder verlassen. Die Schmutzlis, mein Esel und ich haben noch einen langen Weg vor uns, denn es warten Kinder darauf, dass ich ihnen einen Besuch abstatte. Ich hoffe bloss, dass meine Schmutlis genügend Lebkuchen mitgenommen haben…Meine lieben Kinder, ich wünsche euch von Herzen alles Gute, und ich freue mich jetzt schon, euch nächstes Jahr wiederzusehen.

Mes enfants, mes chers petits, il est déjà temps de vous quitter, mes pères fouettards s’impatientent, il est temps de reprendre la route. A bientôt, mes chers amis, je veillerai sur vous, petits et grands, chaque jour tout au long de l’année.
Adieu donc enfants chéris de mon cœur ! Bon vent jusqu’à l’an prochain ! 

Saint Nicolas Alias Raphaël Schneuwly, 3A4bil.

Photos de la fête: