Auteur: 
Dessin :ER (Eugène Reichlen) / Poème: J. Clément (Jean Clément, élève de 6e littéraire - ingénieur en mathématiques et chimie)

Commentaires de Louis Dietrich: 

La guerre sur toute l’Europe s’est déchaînée depuis trois mois. L’armée suisse est mobilisée, elle garde nos frontières. Les Fêtes qui approchent sont teintées de gris parce qu'on pense aux absents, et l’on espère qu’ils rentreront pour Noël. Ce qui ne sera, hélas, pas le cas!  Saint Nicolas viendra quand même, après que les organisateurs sur terre ont longuement hésité à maintenir la Fête.

La carte et le poème rendent pleinement compte de la situation. Le soldat massif et calme monte la garde (le Régiment  fribourgeois est dans la région bâloise). L’âne au regard malicieux s’est couvert du drapeau suisse. Père Fouettard fait un peu le pitre, les avions sont menaçants. Mais... « Le Saint étendit trois doigts... » Le geste miraculeux permet tous les espoirs. Et le soldat peut rêver de paix.