Auteur: 
IGNACE RUFFIEUX (professeur de dessin)

Commentaires de Louis Dietrich: 

Les angelots, qui, si fréquemment, ont fait référence à la Légende, ont disparu et ne reviendront plus. Reste la triade traditionnelle: le Père Fouettard et l'âne sont encore nostalgiquement tournés vers les cieux, alors que Saint Nicolas se penche vers sa Ville dans une attitude protectrice. Sur terre, la Place de la Cathédrale est prête à accueillir le cortège.

Le professeur de dessin se lance dans l'aventure en reprenant la tradition  d'E. Reichlen, mais dès l'année suivante, il ranimera l'idée du concours qu'il ouvrira à tous ses élèves de 5e année. Il produit ici une image bien composée et fort élégante. En traitant ce sujet, il n'a sans doute pas pu oublier l'année 1941, où il tint lui-même le rôle de saint Nicolas, accompagné d’un âne particulièrement cabriolant. (Cf. également le commentaire de 1978).