Auteur: 
SAMUEL REY, 2e C

Commentaires de Louis Dietrich: 

Cette image fut diversement appréciée parce que Saint Nicolas y tient une place trop anecdotique et que son âne ressemble un peu à un agneau porté à l'abattoir! Les intentions sont, je crois, un peu plus nuancées.

Tout d'abord, il y a le beau dessin de Fribourg, sous un ciel à la tombée de la nuit hivernale dans les vieux quartiers. Le point de vue est classique: il rappelle le thème à répétition du peintre Armand Niquille, qui fut professeur au Collège St-Michel et qui suscita quelques belles vocations de peintre parmi ses élèves. Mais l'auteur de la carte n'a pas manqué d'y faire figurer des constructions récentes enlaidissant depuis quelques années le vieux quartier de La Lenda, et, pour les escamoter le plus possible, il agrandit considérablement la Maison du Bourreau, leur toute proche et très ancienne voisine. Et puis, m'intrigue un peu la zone du Collège St-Michel. A côté des bâtiments "costauds" très facilement reconnaissables du Gymnase, une zone de flou, blanche et perturbée par un entrelacs qui tient du labyrinthe, inquiéterait-elle ceux qui doivent y vivre ? Le clocher de l'église, qui habituellement cadre si bien avec la silhouette traditionnelle de Fribourg, a pris exemple sur sa collègue de Pise et perd sa belle stabilité verticale. Faut-il y voir une certaine instabilité, un certain inconfort, provoqués par la profonde réforme des habitudes imposée par le nouveau programme de la maturité fédérale ? Une inquiétude aussi sur le devenir des études gymnasiales ? Mais c'est peut-être aller un peu loin dans l'introspection, voire la psychanalyse du sujet.

Toujours est-il que le pauvre Saint Nicolas aborde une ville qui lui paraît bien changée et ses repères sont partiellement perdus. D'où son approche modeste. Quant à son âne, à force d'avoir porté sur son dos la lourde charge du saint vieillard, il a demandé une revanche et veut être porté à son tour.

Perplexité du duo hors de son rôle devant cette ville qui attend d'eux une protection, même devant des aberrations architecturales.