Auteur: 
Dessin : ER (Eugène Reichlen) / Poème: O. Giroud et G. Sciboz, rhét. ( Oswald Giroud et Georges Sciboz, tous deux élèves de 6e littéraire. Le second est devenu Juge fédéral.)

Commentaires de Louis Dietrich: 

Quel soulagement ! Enfin, la guerre a cessé le 7 mai. L’étau brusquement se desserre. C’est la joie et le pas de danse des angelots évoque la polka. Père Fouettard réapparaît et le V de la victoire remplace le salut militaire de 1939. La colombe lâchée aux cieux en 1943, est revenue avec un rameau d’olivier, un message scellé de l’arbalète suisse puérilement attaché à son cou.

Remarquons que, pour une fois Saint Nicolas a lâché sa crosse. En outre, le paysage terrestre qui avait disparu sous l’écran guerrier, réapparaît avec le groupe obligé de la cathédrale et du Collège St-Michel. Le poème, enfin, fait allusion à la consécration d’un nouvel Evêque, Monseigneur François Charrière succédant à Monseigneur Marius Besson. Le fanion agité par l’angelot de droite donne à Mgr Charrière des armoiries hautement symboliques: au globe terrestre surmonté de la croix, emblème de l’Eglise universelle, est opposé le chaudron du fromager d’alpage, rappelant que le nouvel Evêque est gruérien, originaire de Cerniat, ce qui ne peut que réjouir Eugène Reichlen.

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 
R