Auteur: 
Dessin : ER (Eugène Reichlen) / Poème: R.N. - J.P. (Roger Nordmann, - Jean Plancherel, tous deux en 6e littéraire; le premier deviendra reporter à Radio-Lausanne, le second, surnommé « Cocolet », journaliste à La Liberté. )

Commentaires de Louis Dietrich: 

Après les années de crise économique, d’autres soucis envahissent l’Europe: la montée du national-socialisme en Allemagne provoque des bruits de bottes et des rumeurs de guerre. Désormais, la gravité de la situation internationale prendra le pas sur l’anecdote locale. Les villes suisses s’entraînent sous l’autorité de la DAP (Défense aérienne passive) à l’Obscurcissement: en voilant toutes les fenêtres, elles veulent se rendre invisibles de nuit aux avions. Un exercice à l'échelon national a eu lieu dans la nuit du 4 au 5 novembre 1937.

Le Paradis est de style gothique, les trois anges y restent par peur de la nuit, et Saint Pierre dans ses charentaises évoque la silhouette de M. Joseph Gogniat, organiste et maître de Chapelle au Collège. Fribourg est encore illuminé parce que Saint Nicolas en est la Lumière. Le Collège dans toute sa largeur se voit ainsi depuis la route du Stadtberg.

Les auteurs du poème méritent notre attention. On peut dire de Roger Nordmann qu’il a réinventé le métier de reporter radiophonique. Il est aussi le fondateur de la Chaîne du Bonheur, qui garde un rang important parmi les oeuvres d’entraide internationales. Quant à Jean Plancherel, il a également vécu de sa plume. Les vocations se marquent tôt.