Auteur: 
OLIVIA WITKOWSKI, élève d'OS ARV


Discours: 

Mes biens chers enfants,

Comme vous m’avez manqué! Quel plaisir de fouler à nouveau les pavés de cette bonne ville de Fribourg et de gravir les marches de ma cathédrale. La joie, la chaleur et l’amour envahissent tout mon être en cette illustre nuit de décembre.

Jedes Jahr, wenn Dezember näher rückt und sich ganz Freiburg auf unser Treffen vorbereitet, macht mich das sehr glücklich, meine lieben Kinder.

Je m’adresse tout d’abord à vous, les plus petits. Vous qui, chaque année, m’attendez avec impatience. Mon coeur se remplit de tendresse lorsque je vois vos visages s’illuminer à mon passage et un seul de vos sourires rend mes pères fouettards doux comme des agneaux. Si l’école vous ouvre ses portes de plus en plus tôt – à se demander si les futures mamans n’auraient pas intérêt à vous mettre au monde directement dans une salle de classe ! - le monde de demain est entre vos mains. C’est pourquoi je vous encourage à continuer de bien travailler, à ne pas faire trop de bêtises et à écouter vos parents qui vous aiment.

Certains d’entre vous ont pu avoir des doutes quant à ma présence parmi vous aujourd’hui. Il est vrai qu’avec cette « pandémie » (avec l’accent de M.-T. Porchet), les voyages sont peu recommandés. Mais sachez que jamais une grippe, qu’elle soit de porc, de poulet ou même d’âne…, oh ! pardon de cheval ! ne me fera manquer notre rendez-vous ! Cette grippe aura affecté nos petits dragons en ce début de saison, eux qui n’ont crachotté que quelques étincelles à la place des flammes… d’enfer de l’année passée ! Un bon coup de ma crosse épiscopale leur a fait le plus grand bien !

Auf Deutschland folgt Afrika! Die Schweiz hat noch einmal bewiesen, dass sie eine große Sportveranstaltung nicht unbedingt selber organisieren muss, um daran teilnehmen zu können. Für ihre Qualifikation hat sich die Nati tüchtig ins Zeug gelegt, wie eure kleinen „Rougets“. (Un père fouettard murmure à l’oreille de St-Nicolas) Ach ! Ich hätte da eine Idee! Vielleicht könntet ihr eurem Bundespräsidenten vorschlagen, eure U-17 Helden als Diplomaten nach Lybien zu schicken. Warum nicht dieses Problem mit einem Fußballmatch lösen?

Cet après-midi, en traversant la campagne fribourgeoise, j’ai été saisi par sa beauté. J’ai eu une pensée pour tous les agriculteurs qui l’entretiennent et je suis de tout coeur avec eux en ces temps difficiles. Quel contraste quand je suis arrivé en ville ! J’ai tout de même pu constater l’avance des travaux de votre nouvelle salle de théâtre qui, derrière son armure d’acier qui la maintient pour le moment en …  « Equilibre », commence vraiment à prendre forme. J’ai aussi été ému en apprenant la triste nouvelle : une étoile de la littérature francophone, qui avait commencé à briller ici même, à Fribourg, sur la colline du Belzé, s’est éteinte sous les feux de la rampe.

A propos d’étoiles, j’ai eu vent de grands changements du côté de votre capitale fédérale, où les « URS », humains ou plantigrades, ont connu une année mouvementée. Ainsi le départ d’un centurion valaisan a-t-il provoqué une bataille mémorable où trois candidats romands ne l’étaient semble-t-il pas de la même manière ! A en perdre son « Latin » ! Tant pis pour les arènes parlementaires et tant mieux pour la députation fribourgeoise qui garde son gladiateur ! „Dä isch üsa Ma !“ (en singinois).

Dieses Jahr habe ich in meinem Schlitten nicht nur Lebkuchen. Endlich bringe ich euch die berühmte Poyabrücke, auf die ihr seit Langem ungeduldig gewartet habt. Ich weiß, dass sie gebaut wird, um euer geliebtes Freiburg vor dem Verkehr zu bewahren. Aber es ist auch ein Schritt mehr in Richtung Brüderlichkeit zwischen Welschen und  Deutschschweizern. Zum Glück besteht die Freundschaftsbrücke zwischen den Freiburgern hier und dort schon seit dreissig Jahren, und heute, nach ihrer jüngsten Reise zu unseren brasilianischen Cousins, hätten meine Schmutzlis übrigens fast im Sambarhythmus vor euch defiliert ! (Musique brésilienne, les pères fouettards dansent. En portugais à l’adresse du préfet de Nova Friburgo) Boa noite e bemvido Herodoto Bento de Mello. Viva Nova Friburgo ! (Fin musique et danse)

L’Homme est doué pour franchir des obstacles, autant que pour en construire. Mais ériger des murs entre les hommes n’a jamais été une solution. Tôt ou tard, qu’il soit de béton ou de fer, le rideau finit par tomber. Les erreurs de jadis devraient servir et l’Histoire, quand elle est sombre, ne devrait pas se répéter.

Avant de vous quitter, en espérant que d’ici à mon retour la tour de ma cathédrale n’aura pas été interdite par la sanction populaire, j’ai avec vous tous une pensée pour votre cher évêque, qui j’en suis sûr, en cette journée internationale du bénévolat, se joint à moi pour féliciter chaleureusement ceux qui défendent cette noble cause et encourager les autres à mettre un peu la main à la pâte, sans écu sonnant et trébuchant en guise de seule motivation !

Leider muss ich nun schon bald von euch Abschied nehmen. Aber wenn ich euch jetzt verlasse, meine Freiburger, ist das nur, damit ich euch nächstes Jahr mit umso grösserer Freude wiederfinden kann.

Je me réjouis déjà d’entendre résonner à nouveau votre nouvel hymne de bienvenue à  St-Nicolas ! « Bon vent jusqu’à l’an prochain ! »

 

Auf Wiedersehen meine Kinder!

Adieu donc, enfants bénis de mon coeur!

 

Pour Saint-Nicolas 2009

Vincent Zufferey, 3.e5z